Vous êtes ici : Accueil > Démarche > Réussir sur un territoire hétérogène
Publié : 30 septembre 2016

Réussir sur un territoire hétérogène

Dès son entrée à l’école, chaque enfant doit pouvoir disposer des meilleures conditions pour développer et lier entre eux ses apprentissages. L’école maternelle joue un rôle essentiel dans la lutte contre les inégalités et l’accès à des apprentissages solides et durables. C’est précisément la raison pour laquelle elle a fait l’objet d’une redéfinition (cycle 1), qui s’est traduite par la mise en œuvre, à la rentrée 2015, du nouveau programme et la diffusion de ressources d’accompagnement.

Le cycle 2, qui couvre la période du CP au CE2, offre la durée et la cohérence nécessaires pour proposer des apprentissages progressifs et exigeants tout en prenant en compte les besoins éducatifs particuliers des élèves. Ceux-ci y apprennent à réaliser les activités scolaires fondamentales qu’ils retrouveront ensuite tout au long de leur scolarité.

Cycle d’enseignement commun à l’école et au collège (CM1, CM2 et sixième), le cycle 3 constitue, au sein de la nouvelle organisation de la scolarité obligatoire, un levier déterminant pour renforcer la cohérence éducative entre l’école et le collège et favoriser la continuité des apprentissages. Le programme curriculaire de ce nouveau cycle permettra aux élèves de découvrir puis de réinvestir chaque notion et de construire à leur rythme les apprentissages et les compétences visés, dans un parcours cohérent d’appropriation du socle commun de connaissances, de compétences et de culture.

La mise en œuvre des enseignements de ce cycle 3 exige une coopération plus large et plus approfondie entre les enseignants des premier et second degrés.

Dans une approche globale, la réforme du collège, qui entrera en vigueur à la rentrée 2016, agit sur tous les leviers pédagogiques pour améliorer la réussite des apprentissages de tous les élèves et leur permettre d’atteindre, au meilleur niveau possible, la maîtrise du socle commun de connaissances, de compétences et de culture.

Le collège doit constituer pour chaque élève le tremplin vers la poursuite de ses études, la construction de son avenir personnel et professionnel, et la préparation à l’exercice de la citoyenneté. C’est pourquoi l’objectif du collège est double : renforcer l’acquisition des savoirs fondamentaux dans tous les enseignements et développer les compétences indispensables au futur parcours de formation des collégiens.

Cependant, le niveau de compétences de l’élève à l’entrée au collège est un facteur déterminant des performances scolaires en troisième. Il intègre en partie l’influence du milieu familial de l’élève et de son capital social, qui ont déjà joué leur rôle avant l’entrée au collège.

Les indicateurs de retard à l’entrée en 6ème et en 3ème de l’académie de Versailles tendent à valider l’hypothèse selon laquelle les écarts entre les catégories sociales seraient fixés en grande partie à l’entrée en sixième. Ainsi, l’environnement social et culturel est déterminant pour expliquer les inégalités d’acquisition des compétences en fin de troisième, ce qui signifie que l’avenir scolaire de l’enfant est fortement déterminé dès la sixième.

Les taux d’accès et les taux de réussite au DNB de l’académie de Versailles indiquent un maintien, voire un accroissement pour certaines compétences, des inégalités sociales au collège, notamment mathématiques et en mémoire « encyclopédique ».

Ainsi, l’organisation de la scolarité du cycle 1 au 4 repose sur la confiance dans le professionnalisme de tous les personnels de l’académie de Versailles et libère leur capacité d’initiative, pour permettre à tous les élèves de « réussir sur un territoire particulièrement hétérogène ».

C’est l’objectif de ce 1er axe de réflexion.